Existence de Dieu

Prouver Dieu par la raison – Trouver la vraie religion

I – Jésus : seul fondateur de religion annoncé et attendu

                                        Oui la vraie religion est facile à trouver : retour vers l’introduction

Dans la catégorie des «fondateurs de religion», Jésus est totalement à part pour plusieurs. D’abord Jésus est le seul qui a été annoncé des siècles à l’avance et qui a été attendu par tout un peuple.

C’est un fait que tout le monde peut facilement vérifier.

Commençons par deux constats historiques, purement rationnels :

1. — Dans l’Antiquité, presque tous les hommes étaient idolâtres et polythéistes (= adorant de multiples dieux). Cela peut paraître surprenant, car la raison voit bien qu’il ne peut pas exister plusieurs dieux concurrents (il ne peut y avoir qu’une seule autorité suprême), mais c’était pourtant ainsi : les Egyptiens, les Grecs, les Babyloniens, les Romains, les Carthaginois, etc. étaient tous idolâtres. Dans l’Antiquité, parmi tous ces peuples païens, une seule exception : le peuple hébreu.

Pendant des siècles, en Judée, ce petit peuple est resté farouchement monothéiste (= adorant un seul Dieu), au milieu de l’idolâtrie générale. D’où venait ce monothéisme (= croyance en un seul Dieu) ? Pas d’un raisonnement, car les hébreux n’étaient pas philosophes. Pas d’un instinct naturel, car les Hébreux étaient très tentés par l’idolâtrie (et le désir d’imiter leurs voisins). Mais chaque fois ils étaient ramenés au Dieu unique par des hommes appelés prophètes (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel, etc.). Affirmant parler au nom de Dieu, ces hommes prêchaient l’adoration du Dieu unique mais aussi l’attente d’un homme extraordinaire, le« Messie » qui devait répandre dans le monde entier la foi en ce Dieu unique.

Pendant des siècles , avant la naissance de Jésus, le peuple juif a été caractérisé par cette attente du MessieEn l’an 70, moins de 40 ans après la crucifixion de Jésus, la même génération qui avait refusé de reconnaître Jésus comme le Messie a subi la destruction de Jérusalem par les armées du romain TitusA partir de là, le peuple juif a été dispersé pendant dix-neuf siècles. Surtout, lors de cette destruction de Jérusalem, la religion de Moïse a perdu ses éléments essentiels : depuis l’an 70, les ,juifs n’ont plus ni temple, ni sacrifices, ni sacerdoce (les rabbins ne sont pas des prêtres de l’ordre d’Aaron, mais de simples commentateurs de la loi). Autrement dit, le judaïsme d’aujourd’hui n’est plus la religion de Moïse.

Après la catastrophe de l’an 70, la religion juive a dû être rebâtie sur de nouvelles bases, comme si son refus du Christ la contraignait à être infidèle à elle-même : on peut même dire que le judaïsme actuel (judaïsme rabbinique, ou talmudique, élaboré à Jamna après l’an 70, est une religion postérieure au christianisme.

2. — Face aux Juifs (descendants des Hébreux), Jésus s’est présenté comme ce Messie. Certains Juifs l’ont cru. D’autres l’ont refusé (et l’ont fait crucifier par les Romains). Mais le fait étonnant (et incontestable) c’est que les Apôtres choisis par Jésus (saint Pierre, saint André, saint Thomas, etc.)ont étendu au monde entier la foi au Dieu unique.

L’annonce des prophètes hébreux s’est réalisée. Parmi tous ceux que l’on range dans la catégorie si souple et si pratique des « fondateurs de religion », Jésus est le seul à avoir ainsi été attendu pendant des siècles par tout un peuple et annoncé par toute une série de prophètes.

 Objection : Mais qu’est-ce qui prouve que ces prophètes venaient de Dieu ?

Réponse : Peu importe ! Ce qui est sûr et certain, c’est que ces hommes, qu’on appelle prophètes, annonçaient un grand homme (le Messie) qui établirait dans le monde entier le « royaume de Dieu », avec le culte du Dieu unique. Et que tout un peuple (le peuple juif) vivait dans cette attente d’un  « royaume de Dieu » étendu au monde entier. — Or Jésus s’est présenté comme le Messie. Il a prêché ce « royaume de Dieu » étendu au monde entier. Et de fait, il a réellement étendu son royaume spirituel (son Eglise) dans le monde entier. Des dizaines de peuples idolâtres (notamment les Grecs, les Romains, les Celtes, les Germains puis les Slaves etc.) ont abandonné les idoles. L’Eglise de Jésus-Christ (l’Eglise catholique) est répandue partout.

Jésus a donc accompli ce qu’annonçaient les prophètes hébreux.

ObjectionEst-on sûr que ces prophéties annonçant le Messie ont vraiment été écrites avant la naissance de Jésus? Et qu’elles n’ont pas été modifiées ou falsifiées par les chrétiens?

Réponse : C’est absolument certain puisque ces prophéties sont conservées dans la Bible des Juifs. Les prophéties de l’ancien Testament ont été prononcées et mises par écrit plusieurs siècles avant la venue du Christ. Leur texte est garanti par les ennemis mêmes du Christ : les juifs qui ont refusé de croire en lui ! Et c’est une garantie très solennelle, puisque ces prophéties n’étaient pas gardées seulement de façon privée et individuelle, mais de façon publique et officielle, dans le livre sacré de tout un peuple.

On peut dire que les Juifs actuels, tout en refusant Jésus-Christ, sont les témoins malgré eux de Jésus-Christ, puisque leur Bible garantit l’authenticité des prophéties annonçant le Christ.

Objection : Mais justement, si ces prophéties sont si claires, comment les Juifs ont-ils pu refuser de reconnaître Jésus comme le Messie?

Réponse : Certains Juifs ont accepté Jésus. D’autres l’ont refusé, mais ce refus lui aussi avait été prophétisé ! De toute manière, la réalisation des prophéties par Jésus-Christ peut être aisément constatée par tous, puisqu’elle demeure vivante jusqu’à nos jours : c’est tout simplement l’Église catholique (les arguments que les rabbins juifs emploient pour nier cette réalisation viennent, en réalité, la confirmer. Voir l’ouvrage Pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus, éditions du Sel, 2008.)

Le fait est absolument unique.

On peut chercher : ni Bouddha, ni Confucius, ni Mahomet ni Joseph Smith (fondateur des Mormons) n’ont été attendus ni annoncés de cette façon. Rien chez eux, absolument rien qui ressemble à cette longue attente par tout un peuple, à cette solennelle annonce par toute une série de prophètes, et à cette rigoureuse authentification des prophéties par les adversaires mêmes de celui qui les accomplit.

Objection : Certains musulmans prétendent que Mahomet aussi aurait été prophétisé?

Réponse : Mais où sont ces prophéties? Il ne suffit pas de dire qu’on a été annoncé, il faut le prouver !

Objection : avoir rayé des évangiles les prophéties sur Mahomet (Coran 61,6).

Réponse : D’abord, c’est physiquement impossible puisque les évangiles étaient universellement répandus dès le 2e siècle : il était donc impossible de les modifier universellement sans que cela laisse des traces ! — De toute manière l’argument est un cercle vicieux : on invoque, en faveur de l’islam, des prophéties dont on ne peut trouver la moindre trace en dehors de l’islam ! —  Cette preuve en boucle n’a aucune valeur ! Même chose pour le fondateur des Mormons, Joseph Smith (1805-1844), dont la mission aurait été prédite par un document pré-colombien (le Livre de Mormon) : cela ne pourrait avoir de la valeur que si ce livre avait été connu avant que … Joseph Smith n’en révêle lui-même l’existence ! ­— Sinon, on tourne en rond ! ­— Mais ces caricatures de prophéties (inventées après coup) ont au moins un avantage : elles font mieux ressortir la solidité des prophéties annonçant Jésus-Christ.

Objection : Certains musulmans disent que Mahomet serait le “Paraclet” annoncé par Jésus ?

Réponse : Cela ne tient pas debout, puisque Jésus précise lui-même que ce Paraclet est le Saint-Esprit. Les Evangiles sont très clairs , et tous les chrétiens savent que le Saint-Esprit est venu le jour de la Pentecôte, à Jérusalem, 50 jours après la Résurrection du Christ. (Actes) Jésus n’a jamais annoncé de prophète devant venir après lui. Au contraire, il a mis en garde contre les faux prophètes. Si Mahomet a été annoncé, c’est seulement en tant que faux prophète !

Vouloir comparer ces «fondateurs de religion» à Jésus-Christ, c’est comparer le lever du soleil – attendu par tous, prévu à la minute près par les savants, annoncé de même dans le calendrier de la Poste et préparé de façon splendide par l’aube blanchissant la campagne – avec l’allumage plus ou moins matinal de votre lampe de chevet.

Comme on dit vulgairement, y a pas photo!

Jésus se distingue donc très nettement de tous les autres «fondateurs de religion» parce qu’il a été annoncé pendant des siècles et attendu par tout un peuple (selon des prophéties très détaillées).

Mais ce n’est pas tout :

2 – Jésus est le seul «fondateur de religion» à avoir prouvé sa mission par le plus éclatant de tous les miracles : sa propre résurrection.

3 – Jésus se distingue de tous les autres «fondateurs de religion» par une sainteté de vie absolument parfaite.

La résurrection de Jésus

Jésus s’est présenté comme le grand envoyé de Dieu.

Mais il ne suffit pas de dire qu’on est envoyé de Dieu (Mahomet aussi s’est dit envoyé de Dieu, ou bien Joseph Smith, fondateur des Mormons). Il faut le prouver.

Pour prouver sa mission divine, Jésus a fait des miracles (= des actions dépassant tellement les forces humaines qu’une intervention de Dieu est manifeste). C’est à cause de ces miracles que ses disciples ont cru en lui, comme ils en ont témoigné dans les Évangiles. Ses ennemis, eux, l’accusaient d’utiliser la magie (= les forces démoniaques). Cette accusation (qu’on trouve dans certains écrits des juifs hostiles à Jésus) prouve que Jésus a réellement fait des choses extraordinaires.

Le plus éclatant miracle de Jésus, c’est sa propre résurrection. Dieu seul peut ressusciter un mort. Si donc nous prouvons que cette résurrection a bien eu lieu, alors Jésus-Christ est incontestablement le grand Envoyé de Dieu.

Or l’histoire prouve très nettement que : 1) Jésus est mort crucifié ; 2) son corps a disparu du tombeau ; 3) de nombreux témoins ont affirmé l’avoir revu vivant, ressuscité ; 4) ces témoins sont dignes de foi.

[ Télécharger ce tract sur la Résurrection ]

Résurrection1a

Résurrection1b

Résurrection-2a
Résurrection-2b Résurrection-3a Résurrection-3b Résurrection-4a Résurrection-4b

Pour aller plus loin :

Albert Franck-Duquesne a écrit un texte faisant le point sur les preuves de la résurrection de Jésus : La résurrection de Jésus-Christ et la critique rationaliste.

 

Des témoignages fiables et historiques sur la vie du Christ

L’ignorance de la religion est tellement répandue, aujourd’hui, que certaines personnes s’imaginent que Jésus-Christ pourrait n’être qu’une invention des croyants pour légitimer leur religion !

En réalité, tous les historiens sérieux affirment que Jésus-Christ a bel et bien existé, et qu’il a vécu en Judée (l’actuel Israël, qui faisait alors partie de l’Empire romain), vers les années – 3 à + 30 de notre ère.

Mais peut-on savoir précisément comment a vécu Jésus ? Ce qu’il a dit ? Ce qu’il a fait ?

Pour le savoir, 2000 ans après les faits, nous ne pouvons plus nous baser que sur l’Histoire. (De manière indirecte, la science peut aussi jouer un rôle, mais elle vient en complément, sur des sujets précis et controversés, comme le Linceul de Turin).

Quatre auteurs (Matthieu, Marc, Luc, Jean) ont laissé un récit de la vie de Jésus. Ces quatre récits sont nommés les quatre Évangiles.

La question cruciale est évidemment de savoir si ces quatre récits sont fiables.

Un des meilleurs spécialistes du sujet, le Père Philippe Rolland a résumé ses travaux sur les Évangiles dans son livre : “L’origine et la date des Évangiles” (1994).

Dans ce travail précis et rigoureux, il démontre que :

  1. Les apôtres ont été les témoins directs de la vie du Christ.
  2. Dès les années 40 (moins de 10 ans après la mort du Christ), ils ont  mis par écrit les enseignements et les principaux faits de la vie de Jésus, afin d’appuyer leur prédication orale sur une base écrite.
  3. Deux des évangiles furent rédigés par des témoins directs des faits (Matthieu et Jean) et sont donc des documents historiques de première importance.
  4. Les deux autres évangélistes (Marc et Luc) n’ont pas été des témoins directs de la vie du Christ, mais ils ont rédigé leurs récits en s’appuyant sur des témoins directs.
  5. Ces quatre documents se complètent et se renforcent.
  6. Les lettres (ou “épîtres“) laissées par certains Apôtres (particulièrement Pierre et Paul) viennent encore confirmer les faits rapportés par les Évangiles.
  7. Bref, nous avons, sur la vie de Jésus-Christ tout un ensemble de données fiables qui se confortent en se recoupant. On peut même dire que, de tous les personnages de l’Antiquité (y compris les Empereurs romains), Jésus est celui dont la vie est le mieux documentée.

L’ouvrage de Philippe Rolland  procède de façon rigoureusement historique. Il recense méthodiquement tous les indices et les examine avec soin. De plus – et cela ajoute une touche scientifique à sa démonstration – il examine le vocabulaire utilisé par les différents documents et s’en sert pour établir la chronologie de ces écrits.

Cliquez sur le lien plus haut pour télécharger et lire cet ou.

 

Les prophéties sur Jésus

[ Télécharger ce tract sur les prophéties et les Juifs ]

Prophéties-1
Prophéties-1b
Prophéties-2
Prophéties-2b
Prophéties-3
Prophéties-3b
Prophéties-4
Prophéties-4b

NB. Ce tract a présenté les prophéties juives de façon très résumée et schématique. Pour aller plus loin, voir la brochure « Pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus ». Elle répond à une étude du rabbin Shraga Simmons, portant le même titre. Shraga Simmons prétend que Jésus n’aurait pas accompli les prophéties messianiques. Mais en fait, l’examen de ses arguments se retourne contre lui, et prouve que Jésus est bien le Messie annoncé par les prophètes.

Pourquoi s’intéresser aux prophéties ?

Objection préalable :

« Les prophéties, ça ne m’intéresse pas. De toute manière, je ne crois pas à la Bible. Comment des prophéties qu’on ne trouve que dans la Bible, pourraient-elles me convaincre ? L’argument des prophéties, c’est un cercle vicieux. »

Réponse :

A défaut des prophéties, regardez un peu le monde autour de vous. Considérez, par exemple, le problème qui risque toujours de mettre le feu au monde (le conflit israélo-palestinien). Approfondissant un peu la question, réfléchissez un instant sur l‘incroyable destin du peuple juif, depuis trois millénaires. N’y a-t-il pas là matière à étonnement ?

Il crève les yeux que le peuple juif est vraiment un peuple à part.

Et un peuple à part de multiples façons :

1) Dans l’antiquité, par son monothéisme, son prophétisme et son messianisme,

2) Après sa dispersion, par sa survivance pendant 20 siècles (jusqu’à la reconstitution politique d’Israël, en 1948),

3) Depuis la venue du Christ : par sa postérité spirituelle (chrétiens [33% de la population mondiale] + musulmans [19%] = plus de la moitié de la population mondiale),

4) Enfin, par l’influence totalement hors de proportion qu’exerce ce petit peuple (et, aussi, la haine qu’il suscite : voir Bernard Lazare, L’Antisémitisme, son histoire et ses causes ; le nazisme, la question sioniste, etc.)

Quiconque veut comprendre le monde qui nous entoure butte nécessairement sur le mystère d’Israël.

Il y a là des faits objectifs qui méritent l’attention de toute personne intelligente.

Pas besoin de « croire à la Bible » pour cela. Il suffit de regarder les choses comme elles sont, et comme elles s’imposent à tout observateur impartial.

Voyons de près quelques-uns de ces faits.